La vision de l’Etat de la transformation numérique

Henri Verdier décrypte pour la relation client la transformation numérique de l'état

La transformation numérique de l’action publique est un enjeu majeur.

L’efficacité même de l’Etat en dépend, tant la transformation numérique fournit aujourd’hui de ressources et d’outils pour une action plus rapide, moins coûteuse, plus personnalisée ou plus efficace. Quant à l’économie et la société françaises, qui sont engagées dans cette grande métamorphose, elles ont besoin d’un Etat qui soit complètement entré dans cette modernité.

 La transformation numérique n’est pas l’informatisation.

C’est une transformation des modèles d’affaires et des stratégies et/ou logiques d’actions.

Pour ce faire, la DINSIC travaille sur trois dimensions :

L’Etat doit se doter d’une vraie capacité numérique.

Nous devons renforcer notre ambition, notre capacité RH, notre capacité à piloter les grands projets, repenser nos relations avec nos fournisseurs. Nous devons probablement internaliser les nouvelles compétences clés du numérique et la data, développer de l’agilité et se doter des compétences requises.

L’Etat doit se doter d’une stratégie technologique moderne.
C’est la stratégie d’Etat plateforme qui nous permet grâce aux plateformes et aux API d’unifier le SI de l’Etat d’une manière plus fluide, plus modulaire, plus efficiente, et grâce à France connect de le faire en mettant le consentement des usagers au cœur de la circulation des données personnelles.

Par exemple, le site Data.gouv.fr propose différents moyens d’accéder au catalogue des données avec une API complète, documentée avec Swagger, des dumps au format CSV, mis à jour en temps réel et des statistiques de fréquentation anonymisées, mises à jour toutes les heures. L’API entreprise, consultable sur le site api.gouv.fr a aujourd’hui plus de 70 utilisateurs au sein des services publics.

Enfin, il est nécessaire de développer un nouvel état d’esprit, une nouvelle philosophie de l’information et être au cœur d’une économie contributive, de partage et transparente. Nous travaillons ainsi sur l’open data, sur le gouvernement ouvert et sur le logiciel libre. Nous travaillons avec les communautés liées à l‘open source pour provoquer une transformation de la logique d’Etat et permettre au citoyen, au producteur, au ré-utilisateur et au développeur de partager, de réutiliser et d’améliorer les données publiques.