Le low-cost dans les voyages d’affaires

Entreprise

Propos de Jérôme Drevon-Barreaux recueillis par Geoffroy Framery

Le low cost s’est d’abord destiné aux courriers courts plutôt qu’aux moyens ou aux longs courriers. De même, l’essor des voyages low cost a d’abord concerné le marché du BtoC.

Depuis quelques années, un changement s’opère: le low cost s’adapte au voyageurs d’affaires et les produits évoluent pour mieux leur correspondre.

On arrive à des produits hybrides qui répondent aux besoins des professionnels.

L’offre s’étend davantage et de nouveaux services additionnels se greffent à l’offre existante tels que l’embarquement en priorité, le choix du siège pour sortir plus rapidement, le cumul de points, la flexibilité dans la réservation, etc.

Ainsi, les low cost ont-ils pris résolument modèle sur les compagnies traditionnelles pour capter ce segment de voyageurs.

La mise à disposition de nouveaux canaux de distribution a également fait évoluer le low cost vers le voyage d’affaires. A ses débuts, le low cost n’était proposé que sur internet.

L’offre low cost est désormais accessible via les GDS (global distribution system), mis à disposition pour les opérateurs et les agences de voyages et rend ce type d’offre plus visible et accessible pour les voyageurs d’affaires.

Aujourd’hui, l’offre s’étend même au long courrier (supérieur à cinq heures de vol). Les services sont plus fournis au regard du court courrier en low cost mais l’offre est simplifiée par rapport à l’offre des compagnies traditionnelles: les services sont standardisés, l’offre tarifaire plus lisible.

Mais contrairement au court courrier, les destinations sont beaucoup moins nombreuses. »

Propos recueillis par Geoffroy Framery