Smart City et objets connectés : Le CES Las Vegas 2018 pour les Services Généraux

CES LAS VEGASAlexandre Siné, Humanis, Services Généraux

Par Geoffroy Framery

Mai 2018

Smart City et objets connectés : ce qu’il faut retenir du CES Las Vegas 2018 pour les Services Généraux » . Vision 360° des applications concrètes que nous offrent les objets connectés dans nos entreprises en particulier pour déployer des dispositifs d’orchestration innovants par Alexandre Sin, Secrétaire général du groupe Humanis.

Alexandre Siné : « Rappeler ce qu’est le CES : plus grand rassemblement mondial de la high-tech. Cette année, le CES de Las Vegas met d’avantage l’accent sur les algorithmes et les données que sur les objets. On note un recul relatif du poids de l’électronique grand public. Et sur l’échiquier mondial, la Chine est en position dominante sur la fabrication d’objets connectés, mais elle se positionne aussi sur l’intelligence artificielle. Les Etats-Unis sont très bien positionnés sur l’intelligence artificielle et les algorithmes (Google…). L’Europe est très présente dans les start-up (à l’exception de quelques grands groupes comme Dassault Systèmes par exemple) et sur certaines niches comme les véhicules autonomes mais absente de l’intelligence artificielle, de la téléphonie, de la robotique, etc.

Les grandes thématiques furent les suivantes :

1) Intelligence artificielle et puissance de calcul :
L’IA présente de plus en plus de domaines d’applications. Google est omniprésent dans ce domaine.
L’IA Amazon Alexa reste malgré tout très présente. De nombreuses applications concernent la robotique. Citons la formule 1 NVIDIA pilotée à distance ou encore la moto YAMAHA pilotée par un robot. Ailleurs, les drones sont de plus en plus perfectionnés et les véhicules de plus en plus autonomes. Et l’on note également l’arrivée d’interfaces en langage naturel. L’intelligence émotionnelle devient une réalité : ce qui ouvre de nouveaux usages pour la robotique

2) Électronique grand public et objets connectés
Les objets connectés sont de plus en plus intégrés à des plateformes. Les capteurs sont une technologie clé ainsi que le lidar (télédétection par laser). La plupart des objets connectés sont produits en Chine. Les objets connectés sont de plus en plus enrichis d’Intelligence Artificielle, c’est le cas pour les drones comme pour les Smartphones

3) Mobilité et véhicules autonomes
Les véhicules autonomes doivent être intégrés à une plateforme globale « d’orchestration». Les constructeurs sont en train de revoir leur modèle économique pour proposer ces plateformes intégrées. Le développement des véhicules autonomes nécessite l’émergence de la Smart city.

4) Smart city et Smart house
– Le potentiel de la 5G. La performance du réseau sera multipliée par 1000 et un temps de latence de moins d’une milliseconde. Les connexions sans fil 5G, fiables et rapides alimenteront l’essor des villes intelligentes, de voitures autonomes, mais aussi de la santé numérique. Le déploiement va démarrer en 2019 aux Etats-Unis et en 2020 en Europe, en France le déploiement commercial est prévu entre 2020 et 2022 . Des expérimentations démarrent dès 2018 en France avec Orange à Lille et à Douai (conférence Orange génération 5G le 7 février)

-Smart City et Smart house : c’est la première édition du CES à mettre en avant la Smart city avec 80 stands dédiés à cette thématique. Ali Baba est entré sur le secteur de la Smart city avec Citybrain. Toutefois, on remarque encore peu de stands dédiés à la maîtrise de l’énergie

-Gestion à 360° de bâtiments : les acteurs qui s’imposeront sont ceux qui seront en mesure de proposer des plateformes 360°permettant l’orchestration des objets connectés que ce soit pour la maison ou pour les entreprises. Chez les particuliers des solutions se mettent en place mais plutôt à l’échelle d’une pièce : la salle de bain (la plateforme Care OS) ou la cuisine par exemple

5) La French tech et la présence française
Des centaines d’entrepreneurs français étaient représentés sous le pavillon french tech. Les start-up françaises sont encore trop focalisées sur les objets connectés avec une concurrence forte des producteurs chinois. Les start-up pas ne sont pas encore suffisamment mûres et sont insuffisamment sélectionnées. Notons que les start-up les plus matures et les grands groupes sont présentes dans d’autres zones (Kolibree, Lancey..). Et parmi les grands groupes français, certains présentent leurs innovations digitales (Valeo, Keolisou Legrand) et d’autres présentent des start-up dans un écosystème(La Poste, Engieet Dassault Systèmes). »

Propos recueillis par Geoffroy Framery